Tags

Articles Similaires

Réseau Social

Dimitri — Dimitri —

Date de Sortie: 03/2004

Nombre de Titres: –

Immanquable, belge et hors normes.

CHANSON ENGAGÉE / ENRAGÉE

DÉJANTÉE / DÉCANTÉE

SALUTAIRE / SOLITAIRE / SOLIDAIRE

Les textes à voix nue d’un auteur au charisme énorme.

De la grande chanson empreinte d’une sacrée humanité.

A l’accordéon il pousse la goualante, au piano, il s’assoie «en position moto», les pieds nus, toujours de trois-quart, le corps tendu jusqu’aux orteils animé de soubresauts rythmiques.

Dimitri a déjà tombé veste et chemise.

Les yeux fermés, on soupçonne Higelin, Iggy Pop,

une voix râpeuse raclant les mots et les mochetés de la vie.

Moche la vie ‘ Parfois … Toutefois, Dimitri nous fait rire, à déjanter son blues, à réclamer plus d’une heure d’amour, à déblatérer sur la société de consommation. Férocement. Forcément.

La Biennale de la chanson française en Belgique qui, comme son nom l’indique, s’organise tous les deux ans, est une manifestation qui, mine de rien, est en train de se rendre indispensable.

Tout simplement parce qu’elle consacre une fois de plus un chanteur incontournable.

Ce chanteur enragé, facétieux, tendre et drôle, vitriolé et déjanté, a quelque peu réveillé le gentil paysage de la chanson belge.

Ce Liégois de trente et un ans n’est pas nouveau sur la scène.

Il a trimbalé son accordéon, son humour et sa verve à travers tout ce que notre pays peut offrir de fêtes, de rencontres, de festivals, de cabarets et de trottoirs.

Il a frotté ses cordes vocales à des répertoires de chanson réaliste et de textes décapants, il s’est testé au piano, à l’accordéon et au chant sur d’autres scènes, dans divers styles.

Il a de la bouteille en d’autres termes.

Suffisamment pour se mettre un jour à table et composer ses propres textes, écrire ses chansons à lui, fortes d’une longue expérience.

Un homme de terrain, une bête de scène, un personnage qui ne passe pas inaperçu et dont pourtant personne ne nous avait parlé.

Sinon, bien sûr, les afficionados de la chanson, ceux qui écrivent dans leur coin tandis que le monde de la grande presse s’agite sur le dernier Patricia Kaas et la progéniture de la petite Paradis.

Alors franchement, merci à la Biennale et que Dimitri s’envole et s’en aille déranger tout ce monde engoncé dans son show-business et sa jet set.

Le chanteur Liégeois est en effet la découverte que vous ne devez en aucun cas bouder.

Et puis courez donc le voir.

Vous comprendrez que ce gaillard ne peut laisser personne indifférent. Sa chanson fait mouche , il attaque ferme, seul au piano, parfois à l’accordéon, avec des textes denses, des rythmes forts, des ambiances faites de jeux de scène, de grimaces, d’effets de voix.

Pour vous dire sa vision du monde, ses impressions sur les relations humaines, Dimitri construit son décor seul et met sa chanson en scène. Il ne se contente pas de vous chanter la déprime hivernale, il vous la vit, il vous la gueule, il vous la balance au visage.

On aurait envie de se lancer dans le jeu risqué des comparaisons.

On aurait envie de parler d’Higelin et on n’aurait pas tort.

Mais à quoi bon.

Dimitri est fort, très fort.

Il est de ces chanteurs qui font le contraire d’une chanson dégagée’ comme il le dit lui-même.

Il dérange, comme a su le faire un certain Renaud