Tags

Articles Similaires

Réseau Social

Taraf Doïna Botoca — Taraf Doïna Botoca —

Date de Sortie: 03/2004

Nombre de Titres: 11

La maestria de musiciens virtuoses, ivresse et émotion de l’âme tzigane !

L’extraordinaire diversité musicale des musiques d’Europe Centrale, un climat envoûtant !

Une sensibilité artistique remarquable, le bon goût, le sens de l’humour, une vitalité débordante, l’esprit des traditions, et la force des idéaux.

TARAF DONA BOTOCA propose un retour aux sources, dans la tradition des plus grands artistes roumains : Grigoras Dinicu, Maria Tanase, Florea Cioaca, Toni Iordache, Alexandre Titrus, Ion Dragoi, Efta Botoca, Simion Stanciu, Gheorghe Zamfir.

La richesse de leur répertoire (les airs tziganes, les doïnas, les sirbas, les horas, les batutas, etc.) permet de redécouvrir l’extraordinaire diversité musicale régionale qu’offre la Roumanie : Banat, Moldavie, etc.

La Doïna, en tant qu’expression musicale, va beaucoup plus loin dans les intentions.

Plus qu’une illustration, elle est un message.

Au carrefour de la Hongrie, de la Yougoslavie et de la Roumanie, dans des régions qui au fil de l’histoire ont été le réceptacle de toutes les tendances culturelles, elle est l’affirmation d’une identité qui s’est créée en puisant dans les différentes influences qui l’ont faite.

Ce disque, avec ses hommages à des personnages comme Efta Botoca, grand maître de la doïna qui marqua profondément l’adolescence de Marius Andreï ou Gheorgi Zamfir qui a tant fait pour la diffusion de la musique roumaine, ces onze titres affirment une éblouissante diversité qui permet d’avoir une approche très complète de cette musique qui parle si bien aux sens et au c’ur.

C’est aussi la concrétisation d’un remarquable travail et d’une entente parfaite entre des musiciens qui ont su s’imprégner de beautés nostalgiques ou enfiévrées.

Il y a de grands moments de virtuosité mais Doïna les dépasse pour, au fur et à mesure que se déploie ce florilège, atteindre au climat particulier, propre à ces pays qui ont le privilège de faire si bien chanter l’âme.